Malgré des données cliniques solides, le CBD est très prometteur pour combattre les conséquences immédiates de la ménopause ainsi que celles à long terme.
Par le Dr Adam Abodeely MD, MBA, FACS, FASCRS

La ménopause naturelle est définie par l’arrêt définitif du cycle menstruel naturel d’une femme pendant 12 mois consécutifs. Après la ménopause, les femmes entrent dans la phase de post-ménopause. 95% des femmes atteignent la ménopause entre 45 et 55 ans et la vivent différemment. Bien que quelques femmes puissent traverser la ménopause avec très peu de problèmes, environ 80% des femmes ressentent des symptômes importants qui peuvent affecter leur bien-être et leur santé. Seulement 20-30% des femmes sollicitent, cependant, des soins médicaux pour leurs symptômes. Plusieurs femmes les acceptent simplement en tant que partie naturelle du vieillissement tandis que d’autres luttent contre les changements physiques et émotionnels se produisant pendant la ménopause.

La ménopause est le résultat de l’épuisement des follicules ovariens qui résulte en une diminution de la concentration en œstrogènes. Cette concentration en œstrogènes diminuée peut avoir des conséquences significatives immédiates et sur le long-terme [1-2].

Les signes et les symptômes immédiats de la ménopause :

Les bouffées de chaleur sont les symptômes les plus courants de la ménopause et touchent 80% des femmes ménopausées. Les bouffées de chaleur commencent typiquement par des rougeurs sur le visage et la poitrine qui peuvent durer plusieurs minutes et peuvent être associées à de l’anxiété et à une transpiration excessive.

L’insomnie et les troubles du sommeil pendant la ménopause sont multifactoriels et peuvent apparaitre en tant que conséquences des bouffées de chaleur, de la dépression et de l’anxiété. Cet état se manifeste chez environ 30-40% des femmes pendant la ménopause et peut augmenter et toucher 50% de femmes vers la fin de la ménopause [3].

La survenue de dépression et d’anxiété est significativement plus importante pendant la ménopause et serait due à la diminution d’œstrogène couplée à l’expérience émotionnelle qui se produit lors de cette étape transitoire de la vie [4].

Des changements cognitifs incluant perte de mémoire et difficulté de concentration sont fréquemment déclarés comme symptômes survenant lors de la ménopause. Ces changements peuvent apparaitre comme une conséquence de la baisse de la quantité d’œstrogène couplée à l’augmentation des taux de dépression et d’anxiété pouvant se produire pendant la ménopause.

Des syndromes douloureux comprenant douleurs articulaires et ligamentaires, douleur à la poitrine, migraines menstruelles sont bien documentés et sont des problèmes fréquents chez les femmes ménopausées [5-6].

Des changements génito-urinaires comprenant incontinence urinaire, sècheresse vaginale et atrophie vaginale apparaissent comme une conséquence de la baisse de la quantité d’œstrogène. Dans le même temps, la diminution des taux d’œstrogène entraîne des diminutions de la lubrification vaginale, de la libido, de la fonction sexuelle, ainsi que des rapports douloureux.

Les conséquences sur le long-terme de la carence en œstrogène (post-ménopause) :

Le risque de maladie cardiovasculaire augmente après la ménopause en raison de la diminution d’œstrogène et des modifications des profils lipidiques et du cholestérol.

Une perte osseuse chez les femmes commence lors de la ménopause et le taux de perte de densité osseuse à été corrélé à la carence en œstrogène. Ceci peut également engendrer une augmentation des taux d’arthrose [7].

Des changements cutanés apparaissent pendant et après la ménopause en raison de la diminution de la production de collagène, qui est essentiel pour l’intégrité de la peau et qui est fortement influencé par l’œstrogène.

Vers la fin de la ménopause et lors de la post-ménopause, les femmes subissent fréquemment une prise de poids et une augmentation de la répartition centrale des graisses. Ceci est également une conséquence de la baisse d’œstrogène qui tend à détourner l’énergie en excès vers le stockage de graisses plutôt que vers la création d’une masse musculaire maigre [8].

Les traitements pharmacologiques traditionnels combattant les symptômes de la ménopause et de la post-ménopause ont inclus l’hormonothérapie substitutive utilisant soit une oestrogénothérapie sans opposition soit une thérapie combinant œstrogène et progestérone. Bien qu’il existe quelques avantages à l’utilisation de l’hormonothérapie substitutive, il a été montré que les risques associés à l’hormonothérapie substitutive l’emportent sur les bénéfices à mesure que les femmes vieillissent, en particulier chez les femmes de plus de 50 – 60 ans. Des études de la Women’s Health Initiative (WHI) ont montré qu’il existe des risques associés à l’hormonothérapie substitutive. Ces risques comprennent caillots sanguins, embolie pulmonaire, AVC, maladie coronarienne et plus particulièrement cancers, notamment cancer du sein et cancer de l’endomètre. Aux vues de ces risques, les femmes continuent de chercher des alternatives à ces médicaments traditionnels et cette hormonothérapie substitutive.

L’utilisation du CBD et des produits à base de cannabinoïdes est une immense opportunité pour les femmes, en particulier celles ménopausées ou en post-ménopause. Bien qu’il y ait très peu de données spécifiques à la thérapie à base de cannabinoïdes et de CBD pour les femmes ménopausées ou en post-ménopause, des indices continuent de croître en faveur de l’utilisation de produits CBD pour plusieurs des problèmes associés aux femmes ménopausées ou en post-ménopause. La thérapie à base de cannabinoïdes et de CBD s’est, par exemple, montrée prometteuse à la fois contre la dépression et contre l’anxiété [9]. Traiter les femmes ménopausées contre l’anxiété et la dépression peut avoir des effets positifs importants, incluant une amélioration de la qualité de vie en général. De plus, traiter la dépression et l’anxiété à l’aide de thérapies à base de cannabinoïdes peut aussi améliorer les fonctions cognitives ainsi que les troubles du sommeil qui sont souvent liés à la dépression et à l’anxiété pendant la ménopause.

Il a été montré que le CDB ainsi que d’autres cannabinoïdes ont des effets importants sur la douleur et l’inflammation. Les douleurs articulaires, la douleur à la poitrine et les migraines menstruelles subies pendant la ménopause sont fréquemment traitées avec différents traitements incluant anti-inflammatoires, opiacés et hormonothérapie substitutive. Étant donné les propriétés anti-inflammatoires, antioxydantes et antidouleurs du CBD, ce composé d’origine végétale offre une excellente alternative aux produits pharmaceutiques conventionnels pour traiter certains des syndromes douloureux associés à la ménopause [10-11].

Les produits à base de cannabinoïdes avec le CBD sont très prometteurs, non seulement pour traiter les symptômes de la ménopause mais aussi pour potentiellement protéger les femmes contre de futurs problèmes de santé incluant maladie cardiovasculaire, AVC, déclin cognitif, cancer et ostéoporose. Plusieurs de ces affections sont associées à une augmentation de l’inflammation, des profils lipidiques malsains et des dommages oxydatifs sur les cellules saines. L’ostéoporose continue, par exemple, d’être une maladie difficile à traiter et peut causer une diminution de la force, des fractures et pèse sur notre système de santé. Il a été montré que l’activation de récepteurs cannabinoïdes spécifiques augmentait l’activité de cellules osseuses appelées ostéoblastes. Ces cellules sont responsables de la formation des os et il a été montré que les cannabinoïdes augmentait l’activité des ostéoblastes et par conséquent luttaient contre l’ostéoporose en augmentant la production d’os [12]. De plus, les effets anti-inflammatoires et antioxydants des cannabinoïdes peuvent prévenir certaines maladies liées à l’âge et améliorer la qualité de vie.

La peau est l’organe le plus large du corps humain et est dense en récepteurs endocannabinoïdes, ce qui en fait une excellente cible pour la thérapie à base de cannabinoïdes et certaines des meilleurs données que nous possédons concernent l’utilisation des cannabinoïdes pour des problèmes cutanées spécifiques. Il a été montré que plusieurs cannabinoïdes ont des propriétés guérissant la peau grâce à leurs effets anti-inflammatoires, antioxydants ainsi que leurs interactions avec le système endocannabinoïde [13]. Il existe également des preuves de l’efficacité de certains cannabinoïdes dans la protection de la peau contre l’exposition aux radiations ultraviolettes, ce qui peut ralentir certains problèmes cutanés associés, notamment les cancers de la peau et le vieillissement de la peau. Une peau saine n’est pas seulement un signe de bien-être mais peut aussi être une part importante de l’estime de soi et de la qualité de vie des femmes.

Combiner des thérapies à base de cannabinoïdes avec d’autres composés naturels et à base de plantes offre une opportunité unique de fournir une alternative naturelle et sûre à l’hormonothérapie substitutive conventionnelle, aux antidépresseurs et autres produits pharmaceutiques traitant la ménopause. Il existe plusieurs manières de formuler et d’optimiser un produit à base de CBD, non seulement à travers le plant de cannabis mais aussi en utilisant d’autres alternatives potentielles et naturelles. Les femmes de plus de 50 ans ménopausées ont besoin d’une consommation accrue de certains vitamines et de nutriments, notamment le calcium, la vitamine D et la vitamine E. En outre, il existe plusieurs autres alternatives naturelles prometteuses dans la lutte contre les symptômes de la ménopause et du vieillissement, notamment le resvératrol, la graine de lin, des extraits de rhubarbe, et l’actée à grappes (juste pour en mentionner quelques-unes). Les produits formulés utilisant la thérapie à base de cannabinoïdes, la thérapie à base de terpènes, et plusieurs autres nutriments naturels et alternatifs vont continuer à fournir aux femmes une excellente alternative aux produits pharmaceutiques classiques et à l’hormonothérapie substitutive.

References:

1. Taffe JR, Dennerstein L. Menstrual patterns leading to the final menstrual period. Menopause 2002; 9:32.

2. Harlow SD, Gass M, Hall JE, et al. Executive summary of the Stages of Reproductive Aging Workshop + 10: addressing the unfinished agenda of staging reproductive aging. J Clin Endocrinol Metab 2012; 97:1159.

3. Hollander LE, Freeman EW, Sammel MD, et al. Sleep quality, estradiol levels, and behavioral factors in late reproductive age women. Obstet Gynecol 2001; 98:391.

4. Maki PM, Freeman EW, Greendale GA, et al. Summary of the National Institute on Aging-sponsored conference on depressive symptoms and cognitive complaints in the menopausal transition. Menopause 2010; 17:815.

5. Szoeke CE, Cicuttini FM, Guthrie JR, Dennerstein L. The relationship of reports of aches and joint pains to the menopausal transition: a longitudinal study. Climacteric 2008; 11:55.

6. Dugan SA, Powell LH, Kravitz HM, et al. Musculoskeletal pain and menopausal status. Clin J Pain 2006; 22:325.

7. Neer RM, SWAN Investigators. Bone loss across the menopausal transition. Ann N Y Acad Sci 2010; 1192:66.

8. Lee CG, Carr MC, Murdoch SJ, et al. Adipokines, inflammation, and visceral adiposity across the menopausal transition: a prospective study. J Clin Endocrinol Metab 2009; 94:1104.

9. De Mello Schier AR, de Oliveira Ribeiro NP, Coutinho DS. Antidepressant-like and anxiolytic-like effects of cannabidiol: a chemical compound of Cannabis sativa. CNS Neurol Disord Drug Targets. 2014;13(6):953-60

10. Costa B, Trovato AE, Comelli F The non-psychoactive cannabis constituent cannabidiol is an orally effective therapeutic agent in rat chronic inflammatory and neuropathic pain. Eur J Pharmacol. 2007 Feb 5;556(1-3):75-83.

11. Booz GW Cannabidiol as an emergent therapeutic strategy for lessening the impact of inflammation on oxidative stress. Free Radic Biol Med. 2011 Sep 1;51(5):1054-61

12. Idris AI, Sophocleous A, Landao-Bassonga E. Cannabinoid receptor type 1 protects against age-related osteoporosis by regulating osteoblast and adipocyte differentiation in marrow stromal cells. Cell Metab. 2009 Aug;10(2):139-47.

13. Bíró T, Tóth BI, Haskó G,The endocannabinoid system of the skin in health and disease: novel perspectives and therapeutic opportunities. Trends Pharmacol Sci. 2009 Aug;30(8):411-20